Fiches Conseils GEDO
pour www.separateurs.com
Séparateur de graisses "actif" type Grease Guardian®
La nouvelle génération des séparateurs à graisses

Les dispositifs existants pouvant répondre aux obligations légales :

  • Les bacs à graisses traditionnels statiques
    sont des cuves de séparation et rétention passive, comprenant trois compartiments. Ils doveit être vidés chaque mois.
  • Le séparateurs autonettoyant Grease Guardian®
    retient les déchets solides présents dans les eaux usées, et évacue chaque jour les huiles et les graisses contenues dans ces effluents. Correctement installé et dimensionné il retient 90 à 95 % des huiles et des graisses des effluents traités. Son installation est facile, sa réinstallation ou son transfert de même. Son entretien et son fonctionnement sont économiques.

Fonctionnement du Grease Guardian®

Le séparateur autonettoyant agit, chaque jour, en trois temps :

  • 1° il retient les solides dans un panier dégrilleur puis ;
  • 2° il sépare les huiles et les graisses (95% à 98%) de l’eau ;
  • 3° il chauffe les huiles et les graisses pour les liquéfier et il les remonte vers un bac récupérateur à l’extérieur de l’appareil.

Après l’entretien quotidien, le volume du panier dégrilleur amovible et le volume du bac récupérateur redeviennent entièrement disponibles, il n’y a pas de stockage de déchets dans un Grease Guardian®.

Notion d’équivalence

En additionnant le volume du bac récupérateur et le volume du panier dégrilleur, on obtient la capacité minimale quotidienne de rétention du Grease Guardian®.
Pour définir la taille d’un bac à graisses traditionnel équivalent, on multiplie par 30 le volume du bac récupérateur et le volume du panier dégrilleur (30 jours de rétention). On obtient ainsi une notion de la capacité de rétention que doit offrir un bac à graisses traditionnel pour obtenir un résultat comparable. Ce volume doit être multiplié par 2 pour tenir compte de l’émulsification des déchets dans le bac à graisses traditionnel. Le déchet stocké dans le bac à graisses traditionnel est en effet une émulsion d’eau, d’air, de graisses et d’huiles. Cette émulsion est environ deux fois plus volumineuse que les huiles et les graisses exprimées par le Grease Guardian®.
En effet, dans le Grease Guardian®, le passage de l’eau chargée à travers le panier dégrilleur pour retenir les déchets solides, puis le chauffage des graisses avant leur expulsion, ont pour effet de casser l’émulsion et donc de réduire de moitié le volume à stocker.
Dans le Grease Guardian® comme dans le bac à graisses traditionnel, le volume utile total comprend le volume de débourbage / dégrillage, le volume de rétention des graisses, le volume d’air en surface (hauteur de garde), et le passage des eaux usées.
Dans le cas du bac à graisses traditionnel, la capacité de rétention (débourbeur + rétention des graisses) égale 25% du volume total.
Le tableau ci-dessous donne, pour chaque modèle de séparateur autonettoyant Grease Guardian® une taille équivalente de bac à graisses traditionnel.
L’installation d’un tel volume (séparateur traditionnel) dans un établissement neuf est en général concevable, tout au moins hors sol. Le coût d’installation est alors comparable au coût d’installation d’un séparateur actif « Grease Guardian ». Dans un établissement existant, on doit prévoir des frais importants, dus à la nécessité de casser et souvent réimplanter les réseaux et autres moyens en place. Il faut aussi compter avec la difficulté d’évacuer les débris et les gravats dans un milieu soumis à des règles d’hygiène strictes avec des limitations sur les bruits et les odeurs.
La pose d’une colonne sèche devant traverser les étages depuis le bac jusqu’à la rue, pour faciliter les pompages mensuels est également un facteur pénalisant. Les pompages par la suite créeront des pollutions et des gênes au voisinage (bruits et odeurs), à la circulation et potentiellement à la clientèle de l’établissement. De nombreux bacs à graisses classiques en place ont plus de 10 ans. Beaucoup sont percés par la corrosion. Non seulement ils n’assurent pas un pré traitement de la pollution mais en plus ils libèrent cette pollution dans leur environnement immédiat. Le remplacement d’un bac à graisses classique obsolète est un projet très onéreux et souvent difficilement réalisable.
  • Analyse économique

    L’investissement
    Le coût d’acquisition d’un séparateur à graisses autonettoyant, permettant de traiter les volumes produits par 300 couverts / jour en restauration commerciale et son installation représentent un coût d’environ 5 000 € : Appareil 4 580.00 € + Installation + 400.00 € = 4 980.00 €
    Un bac à graisses classique coûterait environ 1 500 €. L’installation dans un établissement neuf coûte ± 500 € et dans un environnement existant de 1 000 à 5 000 € voire plus.
 

 

Conseils Usines, complétés par GEDO. Sans engagement de notre part



Agence UKE
218 Rue des Allobroges 74700 SALLANCHES - FRANCE
APE 4690Z - SIRET 803 927 524 00014 RCS Annecy
EURL au capital de 10 000 Euros - Déclaration CNIL 1788711
Mise à jour 06.12.2019